-
Home | Grand Nord | Un Bureau de Placement pour les jeunes de Cap-Haïtien

Un Bureau de Placement pour les jeunes de Cap-Haïtien

Par
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Un Bureau de Placement pour les jeunes de Cap-Haïtien

Initiative lancée en octobre dernier en même temps que deux projets de formation financés par la section Réduction de la Violence Communautaire (RVC) de la MINUSTAH, le Bureau de Placement et d’Orientation des Jeunes (BPOJ) est opérationnel depuis le 11 novembre 2011. Son objectif est de faciliter l’insertion dans le marché du travail des jeunes qui ont bénéficié d’une formation professionnelle.

 



Ce programme destiné à des jeunes issus de quartiers difficiles du Cap-Haïtien a enthousiasmé les autorités locales et les partenaires qui étaient bien représentés lors du lancement officiel du BPOJ. Il y avait notamment le directeur départemental du Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) dans le Nord, Theodore Hilaire, le maire adjoint du Cap-Haïtien, François Roosevelt, ou encore des représentants d’entreprises privées, et de la MINUSLTAH.

«Le Bureau de Placement et d’Orientation des Jeunes doit jouer un rôle d’interface entre les diplômés et les entreprises pour la diminution effective des violences au niveau des communautés », a souhaité le Chef par intérim du bureau régional de la MINUSTAH du Cap-Haïtien, Régis Mamet, qui a également plaidé en faveur d’une meilleure intégration des jeunes dans le tissu économique.

Quant à M. Hilaire, il a encouragé les jeunes à mettre leurs connaissances au service de la communauté. « Vous devriez savoir qu’en fréquentant une école professionnelle, il faut développer votre talent pour atteindre l’excellence. Car on vous reconnaîtra par vos résultats », a-t-il dit aux jeunes.

Le maire adjoint du Cap-Haïtien s’est quant à lui félicité de l’aboutissement de cet important programme qui va aider les jeunes à trouver un emploi, estimant qu’« ils sont nombreux ceux qui volent, pillent et tuent pour soustraire de manière frauduleuse les biens d’autrui. »
« Si la vision d’un homme se trouve dans une carrière professionnelle, des études universitaires sont également nécessaires pour mieux préparer son avenir », leur a-t-il conseillé.

Le porte-parole du groupe des 120 gradués de la première promotion issue du Centre de formation du VESOS, Benito Joseph, diplômé en construction de bâtiment, a, lui, profité de l’occasion pour remercier les différents acteurs impliqués dans le cadre de ce projet. « Nous avons un avenir prometteur doublé d’une volonté d’apprendre. Il nous faut un encadrement pour une meilleure utilisation de nos acquis », a-t-il indiqué, sous les acclamations de ses collègues.

Depuis 2007, 16 projets de la section RVC, d’une valeur de 3.438.302 dollars américains, sont mis en œuvre en partenariat avec les communautés, la société civile, et les autorités locales du Cap-Haïtien. Ils ont permis la création de 11.449 emplois temporaires et facilité la réhabilitation de plus de 3.000 mètres linéaires de canaux dans les quartiers défavorisés de cette ville. Cela s’est traduit par la création d’emplois à travers l’assainissement et la protection de l’environnement, la formation professionnelle, le placement et l’orientation des jeunes vers l’emploi et la génération de revenus.

Rédaction : Vicky Delore Ndjeuga
Edition : Habibatou Gologo

 

  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
  • Texte complet Texte complet

Tagged as:

Pas de note pour cet article

Estimez cet article

0