-
Home | National | Deux Sénateurs réclament une interpellation élargie

Deux Sénateurs réclament une interpellation élargie

Par
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Deux Sénateurs réclament une interpellation élargie

Fraîchement revenus de l’étranger, Pierre Francky Exius et Mélius Hyppolite entendent porter le Sénat à mettre également au banc des accusés dans l’affaire Bélizaire les ministres de l’intérieur, Thierry Mayard Paul et des affaires étrangères, Laurent Lamothe, aux côtés du titulaire de la justice, Josué Pierre-Louis et du secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Michel Brunache

Les Sénateurs Pierre Francky Exius (INITE) et Mélius Hyppolite (Alternative), absents du pays au moment des événements, ont exprimé lundi leur détermination à sanctionner sévèrement les responsables gouvernementaux impliqués dans l’arrestation arbitraire du Député Arnel Bélizaire, les deux hommes jugeant insuffisants l’interpellation et l’éventuel renvoi de deux membres de l’Exécutif.

Le deuxième Sénateur du sud a d’ores et déjà annoncé qu’il votera contre le ministre de la justice, Josué Pierre-Louis, et le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Michel Brunache, lors de séance d’interpellation prévue jeudi au Sénat.

Condamnant avec force les mesures illégales du parquet de Port-au-Prince ayant conduit à la brève incarcération de son collègue Bélizaire, après son arrestation jeudi dernier à l’aéroport international Toussaint Louvertue, Exius a regretté que le ministre de l’intérieur, Thierry Mayard Paul, n’ait pas été également interpellé pour sa responsabilité dans cette affaire. « M. Mayard Paul doit être interpellé, je ne comprends pas le fait que son nom ne figure pas sur la liste », a martelé le premier secrétaire du bureau du Sénat qui entend insister auprès de ses collègues en vue de la modification de l’acte d’interpellation.

« Ce n’est pas Arnel Bélizaire qui a été humilié, mais le Parlement », a poursuivi le parlementaire qui a, par ailleurs, fustigé le comportement du Premier ministre. Selon lui, Garry Conille s’est montré irresponsable dans la gestion de ce dossier explosif en gardant un profil bas.

Pour sa part, le Sénateur Mélius Hyppolite n’a pas caché son insatisfaction devant le caractère trop limité de la résolution du Grand Corps. A l’image de Francky Exius, il estime que les ministres de l’intérieur et de la défense nationale, Thierry Mayard Paul, et des affaires étrangères, Laurent Lamothe, devraient également être auditionnés et remerciés dans le cadre de l’interpellation.

Partisan déclaré d’une réponse forte à l’Exécutif pour l’affront que constitue l’arrestation d’un Député en fonction sans la levée, au préalable, de son immunité parlementaire, le représentant du nord-ouest croit que le Sénat devait s’évertuer à identifier toutes les personnalités ayant trempé dans cette affaire. En ce sens, M. Hyppolite en appelle à une harmonisation des positions des deux Chambres sur un dossier qui nécessite une réaction unitaire de l’institution parlementaire.

Plusieurs Députés, dont Danton Léger réputé proche du chef de l’Etat, se situent sur la même longueur d’onde que les Sénateurs Exius et Hyppolite avec des critiques à peine voilées contre la volonté du Sénat de couper certaines têtes et d’en épargner d’autres, dans sa résolution adoptée à l’unanimité vendredi dernier. Soulignant qu’une porte doit être ouverte ou fermée, l’élu de Léogâne (ouest) exhorte les membres du Grand Corps à emboîter le pas à la Chambre basse afin d’envoyer un message sans équivoque à Michel Martelly accusé de vouloir instaurer un régime autoritaire. spp/Radio Kiskeya

  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
  • Texte complet Texte complet

Tagged as:

Pas de note pour cet article

Estimez cet article

0