-
Home | National | A qui profite l'arrestation et la détention du député Bélizaire?

A qui profite l'arrestation et la détention du député Bélizaire?

Par
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
A qui profite l'arrestation et la détention du député Bélizaire?

Le dossier de l'arrestation suivie de détention au pénitencier national du député Arnel Bélizaire, qui a défrayé la chronique pendant deux semaines, est loin de connaître un dénouement. Deux commissions d'enquête ont été formées pour faire la lumière sur le dossier. L'une par le Sénat et l'autre par le Premier ministre Garry Conille. Entre-temps, le commissaire du gouvernement a.i. près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, auteur de l'ordre d'arrestation du député Bélizaire, Me Félix Léger, a été mis en disponibilité par le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Me Josué Pierre-Louis. Vue et approuvée par le Premier ministre Garry Conille, cette mesure disciplinaire, datée du vendredi 4 novembre en cours, est loin de calmer la fureur des députés qui sont de plus en plus critiques vis-à-vis des membres du gouvernement Conille qu'ils accusent dans l'arrestation et la détention de leur collègue de la circonscription de Delmas-Tabarre.

Cette mésaventure qui va, sans nul doute, fragiliser davantage les rapports entre les pouvoirs exécutif et législatif connaîtra un nouveau rebondissement lors de la présentation du rapport de la commission d'enquête sénatoriale le mardi 15 novembre en cours. Si le Sénat veut fixer les responsabilités avant de s'embarquer dans le dossier de l'interpellation du ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Josué Pierre-Louis, et du secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Michel Brunache, tel n'est pas le cas du côté des députés, qui se montrent de plus en plus intransigeants dans le traitement de ce dossier.

Ne pouvant prendre aucune décision, en attendant la reprise de leurs travaux le deuxième lundi de janvier 2012, les députés ne peuvent que constater le déroulement du dossier d'Arnel Bélizaire au Sénat de la République malgré leur mécontentement sur la formation des deux commissions d'enquête.

En attendant les rapports de ces deux commissions d'enquête, on continue de s'interroger sur le bien - fondé de la commission d'enquête gouvernementale. Quelle que soit la décision que l'Assemblée des sénateurs devra adopter dans le cadre de ce dossier le 15 novembre en cours, ne peut-on pas dire qu'il y a déjà un profond malaise entre le Parlement et le pouvoir exécutif ?

Lemoine Bonneau
bonneau@lenouvelliste.com

Source: Le Nouvelliste

  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
  • Texte complet Texte complet

Tagged as:

Pas de note pour cet article

Estimez cet article

5.00