-
Home | National | Le Département d'État ne s'est pas encore prononcé sur la nationalité de Michel Martelly

Le Département d'État ne s'est pas encore prononcé sur la nationalité de Michel Martelly

Par
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Le Département d'État ne s'est pas encore prononcé sur la nationalité de Michel Martelly

« Nous n'avons reçu aucune correspondance du Département d'Etat américain. Par rapport aux allégations selon lesquelles le chef de l'Etat haïtien Michel Martelly serait de nationalité américaine, nous avons effectivement adressé une lettre au Département d'Etat américain, qui n'a pas encore répondu à notre demande de vérification », a déclaré Youri Latortue, ce vendredi, sur les ondes de Radio Magik 9 pour couper cours aux rumeurs selon lesquelles les autorités américaines auraient adressé une lettre aux membres de la commission que dirige Joseph Lambert de Michel Martelly. Selon Youri Latortue, ce ne sont que des rumeurs car, avance-t-il, si tel était le cas, la population aurait déjà été informée par le secrétaire rapporteur de la commission dont il est membre.

La commission sénatoriale spéciale chargée d'enquêter sur la nationalité du chef de l'Etat et des membres du gouvernement est pour l'heure boiteuse. Les sénateurs s'occupent d'autres choses, avait révélé Moïse Jean Charles, qui a été retiré de la commission pour être partie prenante des accusations contre le chef de l'Etat. Il y a toujours une accalmie dans les périodes de fêtes de fin d'année , de fêtes champêtres et de festivités carnavalesques, a expliqué Youri Latortue annonçant la reprise des activités au sein de la commission pour le lundi 20 février 2012.

Le secrétaire rapporteur de la commission s'en prend à son collègue qui, selon lui, se couvre de ridicule. Quand un sénateur dit que la commission est boiteuse, il est en train d'exprimer son incapacité à faire face à mes arguments et à ceux d'un parlementaire comme Joseph Lambert, a réagi le sénateur connu pour son éloquence. Evitant toute polémique avec son collègue, Youri Latortue dénonce le sénateur du Nord qui, selon lui, ne participe que rarement aux séances de travail.

Ce dernier avait exprimé son inquiétude par rapport à l'intention du président et du secrétaire rapporteur de la commission de vérifier seuls les documents de voyage du chef de l'Etat, Michel Martelly. Légalement, le président ne relève pas du Parlement haïtien. « Notre décision, prise dans le cadre d'une séance de travail à laquelle ne participait pas le sénateur, vise à contourner ces contraintes légales et vérifier les documents de voyage du chef de l'Etat par le biais du dialogue », a indiqué le sénateur de l'Artibonite, précisant que cette stratégie constitue la seule alternative capable d'aider la commission à aller plus vite dans son travail.

Youri Latortue rejette l'idée selon laquelle seul lui et Joseph Lambert vérifieraient les documents de Michel Martelly au palais national. « C'est la commission qui va vérifier. Ce n'est pas Lambert et moi, a-t-il expliqué tout en défendant sa crédibilité et son honnêteté.

« Je ne cherche pas la bonne grâce du président de la République pour être réélu aux prochaines élections. Je n'en ai pas besoin. Ma légitimité n'a jamais été mise en doute au département de l'Artibonite », a déclaré Youri Latortue, qui mesure sa popularité à l'aune des élections des parlementaires qu'il a toujours supportés pendant son mandat. Son supposé support au chef de l'Etat s'explique par le fait qu'il entend faire de la politique autrement. « Je ne veux pas faire comme les politiciens traditionnels qui dénoncent et sèment la pagaille quand ils perdent les élections. Après la présidentielle, j'avais reconnu la victoire de Michel Martelly et décidé de le supporter pour le bien du pays », a spouligné celui qui avait endossé la candidature de Mirlande Manigat. Youri Latortue se dit disposé également à critiquer les mauvais agissements du chef de l'Etat.

Youri Latortue préoccupé par le dossier des anciens militaires

Le président de la commission Justice et Sécurité publique du Sénat de la République se dit très préoccupé par la réaction des anciens militaires qui occupent depuis cette semaine un ancien camp de formation à Lamentin et plusieurs casernes dans le Plateau central pour exiger des autorités la remobilisation des FAD'H. Youri Latortue estime que les mouvements des ex-militaires, dont certains seraient armés, relèvent du discours. On peut ne avoir renvoyé l'institution dans le désordre et la remobiliser dans les mêmes conditions, a-t-il fait savoir. L'ancien officier pense que ses compagnons d'armes feraient mieux d'exiger des autorités le paiement de leurs arriérés de salaire et d'attendre la mise en branle des procédures normales en vue de remettre sur pied l'armée dont la remobilisation revêt aujourd'hui une importance capitale aux yeux du sénateur.

Il propose un véritable dialogue entre les autorités haïtiennes, les ex-militaires, les différents secteurs de la société et la communauté internationale.
En ce qui a trait à cette remobilisation, il ajoute: « La France n'était pas favorable au départ mais aujourd'hui elle a changé de position. Il faut continuer les négociations de façon à porter le Canada et les Etats-Unis à changer également de position », a indiqué le sénateur, conscient de notre souveraineté limitée et qui, par conséquent, croit qu'Haïti, à cause de sa position géopolitique, ne peut pas prendre l'initiative de remobiliser l'armée qui s'est avilie par le passé.

Danio Darius
daniodarius001@yahoo.com

  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
  • Texte complet Texte complet

Tagged as:

Pas de note pour cet article

Estimez cet article

0