-
Home | National | Levaillant Louis Jeune: Si Martelly ignore ses engagements, il sera jugé,

Levaillant Louis Jeune: Si Martelly ignore ses engagements, il sera jugé,

Par
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Levaillant Louis Jeune: Si Martelly ignore ses engagements, il sera jugé,

Le président de la Chambre basse, Levaillant Louis-Jeune, a averti lundi que le chef de l’Etat, Michel Martelly, sera passible de poursuites judiciaires ou bien s’exposera au jugement de l’histoire s’il refuse d’entériner la version corrigée de la constitution amendée déjà promulguée.

Le président de la Chambre basse, Levaillant Louis-Jeune, a averti lundi que le chef de l’Etat, Michel Martelly, sera passible de poursuites judiciaires ou bien s’exposera au jugement de l’histoire s’il refuse d’entériner la version corrigée de la constitution amendée déjà promulguée.

Considérant comme un devoir incontournable la parution prochaine dans le journal officiel Le Moniteur d’un arrêté proclamant l’entrée en vigueur du nouveau texte, le Député de Desdunes (Artibonite, nord) affirme que la loi n’accorde nullement au Président de la république le pouvoir de faire retrait d’une constitution déjà publiée.

Sur la base d’un engagement qu’aurait pris en sa présence M. Martelly, le parlementaire dit s’attendre non pas à une nouvelle promulgation mais à un arrêté apportant des correctifs aux « erreurs matérielles » qui, croit-il, s’étaient glissées dans l’amendement sorti dans Le Moniteur aux dernières heures de la Présidence de René Préval.

Acteur de premier plan du processus ayant conduit à la réforme constitutionnelle controversée de mai 2011, Levaillant Louis-Jeune s’arc-boute à certaines des innovations de la nouvelle charte fondamentale pour asseoir son plaidoyer en faveur de sa reconnaissance. Il cite entr’autres la mise en place simplifiée du Conseil électoral permanent qui sera formé des représentants des trois pouvoirs et la double nationalité qui ouvre la voie à la participation des haïtiens détenteurs d’une autre nationalité à la vie politique de leur pays d’origine.

Pour leur part, les Sénateurs Jocelerme Privert et Jean Willy Jean-Baptiste, issus respectivement de l’ancienne plateforme présidentielle Inite et du parti Ayiti Ann Aksyon, se sont également prononcés lundi en faveur de la promulgation du texte contesté arguant que seules des erreurs matérielles avaient été relevées dans la parution du numéro spécial du Moniteur, en date du 13 mai 2011.

Leur collègue Mélius Hyppolite a lui proposé la tenue d’un forum réunissant les différents secteurs organisés du pays sur la promulgation du fameux texte amendé, objet d’une vive controverse.

Ce dossier polémique, qui divise la classe politique et la société civile, fait craindre à certains une nouvelle aventure susceptible de mettre en péril la démocratie et de déboucher sur une grave crise constitutionnelle et politique.

  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
  • Texte complet Texte complet

Tagged as:

Pas de note pour cet article

Estimez cet article

0