-
Home | Religion | Benoît XVI renouvelle sa confiance au cardinal Bertone

Benoît XVI renouvelle sa confiance au cardinal Bertone

Par
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Benoît XVI renouvelle sa confiance au cardinal Bertone

Le pape a envoyé lundi 2 juillet un message personnel à son Secrétaire d’État, le défendant contre les « attaques injustes » dont il est l’objet.

Juste avant de quitter ses appartements du Vatican pour sa résidence d’été de Castel Gandolfo, lundi 2 juillet, le pape a tenu à faire savoir, d’une manière particulière, toute la confiance qu’il avait conservée pour le cardinal Tarcisio Bertone, son Secrétaire d’État.

Ce dernier avait été en effet au centre des critiques après l’affaire des fuites de documents secrets du bureau du pape (Vatileaks). Dans la presse italienne notamment, mais aussi de la part de certains responsables des Églises locales, il était désigné comme « le » responsable, accusé de ne pas savoir gérer la Curie romaine, et de ne pas avoir su assurer le fonctionnement des rouages administratifs. Au point que certains avaient même demandé sa démission.

Le pape n’entend pas céder aux pressions

Critiques non fondées, et même « injustes », aux yeux de Benoît XVI, qui lui a adressé lundi un message personnel, publié mercredi et dont les termes sont soigneusement choisis : « À la veille de mon départ en vacances pour Castel Gandolfo, écrit le pape, je veux exprimer ma profonde reconnaissance pour votre discrète présence et vos conseils éclairés, qui m’ont été d’une aide toute particulière ces derniers mois. »

Et le pape poursuit : « Ayant constaté avec regrets les critiques injustes qui vous étaient adressées, je souhaite renouveler la marque de ma confiance personnelle, que j’ai déjà eu l’occasion de vous manifester avec la lettre du 15 janvier 2010 », dont le contenu, précise-t-il, « reste inchangé à mes yeux ».

Précision toute symbolique : il s’agit de la lettre adressée par le pape à l’occasion des 75 ans du cardinal Bertone, et dans laquelle, justement il le confirmait dans ses fonctions, alors même que ce dernier atteignait l’âge considéré comme celui de la retraite à la Curie romaine. Une manière de dire, avec fermeté, que le pape n’entend pas céder aux pressions, et reste solidaire de son Secrétaire d’État, qu’il entend bien conserver.

Isabelle de Gaulmyn, à Rome

Yahoo

  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
  • Texte complet Texte complet

Tagged as:

Pas de note pour cet article

Estimez cet article

0